Les campagnes

Les campagne de Left 4 Dead, au nombre de quatre actuellement, sont des scénarios à part entière. Chacune a son identité, un environnement et des décors qui lui sont propres, et même une affiche digne d'un film. Toutes sont découpées en cinq chapitres, le dernier étant l'évacuation du lieu lourdement infesté. Selon certaines théories, elles auraient un rapport entre elles, mais ce point est difficile à démontrer. Elles sont de toutes façons jouables indépendamment. Petite mise en garde : la lecture de ces lignes vous spoilera sur le contenu des cartes.

No Mercy (Sans pitié)

No Mercy


Cette campagne débute sur le toit de l'immeuble sur lequel ont échoué les survivants à la fin de la vidéo d'introduction, et se déroule exclusivement en milieu urbain. On y voit un hélicoptère ordonnant de se rendre à l'hôpital Mercy pour y être évacué. Pour ce faire, la première étape est de descendre dans les appartements, d'y faire le ménage, puis de traverser les rues encombrées pour rejoindre la rame de métro.

Cette dernière n'a pas été épargnée par le carnage : plafonds effondrés, rames déraillées, incendies éparses vous empêcheront d'accéder directement à l'hôpital. Retour au calme très relatif des rues pour passer au plan B.

Vous commencez à apercevoir au loin l'enseigne de l'établissement qui se révèle être une gigantesque tour. L'idée de génie est donc de prendre un raccourci : les égouts. Les souillures de la ville ne sont évidemment pas le seul déchet qu'on y trouve, mais ils vous permettront de vous rapprocher du but.

Vous voici donc enfin arrivés à l'hôpital. Saccagé comme tout le reste, on peut supposer qu'il a été le point de départ de l'infection. Il est plein à craquer de "patients" qui n'ont de cesse de vous montrer leurs fesses verdâtres. Un petit passage par le luxueux ascenseur vous mènera sur le toit du bâtiment.

Le point d'évacuation est finalement atteint, mais vous n'êtes pas tirés d'affaire pour autant. Utilisez la radio pour contacter votre ami l'hélicoptère, et préparez-vous à tuer quelques centaines de zombies en attendant son arrivée. Attention de ne pas glisser sur les rebords du toit, un accident est si vite arrivé...

Death Toll (Arrêt de mort)

Death Toll

Changement d'environnement pour cette campagne qui commence sur une petite route conduisant à la ville de Riverside. On peut déjà y constater les prémices du carnage, les voitures en feu et le pont effondré aidant. Le tunnel d'accès direct est bloqué (et oui, ça aurait été un peu facile sinon), pas de problème, encore une fois la solution de secours est à portée de main.

Direction les conduits d'évacuation des eaux usées qui hébergent désormais d'autres habitants plus vindicatifs que les rats. Quelques hordes plus tard, vous serez de retour à l'air libre pour la prochaine étape de votre périple.

C'est un cimetière des trains qui se dévoile maintenant, et peut-être le vôtre si vous n'êtes pas assez rapides : un grand espace dégagé présentant de nombreuses ouvertures pour les infectés. Une fois le plein refait dans la seule habitation du coin, vous arrivez cette fois dans un vrai cimetière surplombé d'une église. Vous y "rencontrerez" l'unique survivant du jeu en dehors des véhicules de sauvetage.

Comme vous devez vous en douter, le scénario ne s'arrête pas là. Vous voici maintenant au sommet du clocher, offrant une vue de premier choix sur la petite bourgade. Cette partie est assez longue, il faudra franchir plusieurs barricades avant d'arriver au point d'évacuation.

Nous voici à l'étape finale. Il faut tout d'abord vous rendre dans l'ex-petite cabane des gardes-côte locaux sur décor de fond apocalyptique, et contacter la police maritime par radio. Repoussez l'envahisseur jusqu'à l'arrivée du bateau, et attention aux jets de pierre malencontreux sur l'embarcadère.

Dead Air (Trous d'air)

Dead Air

La première chose que l'ont voit est un avion survolant le hangar dans lequel vous vous trouvez, ceci étant synonyme d'un aéroport en activité, nos héros vont logiquement vouloir s'y rendre. L'environnement est sensiblement identique à celui de No Mercy, vous y traversez aussi des appartements et des rues chaotiques.

Après un peu d'escalade et une petite balade de toit en toit, il vous faudra descendre des bureaux, après avoir négocié le passage avec les employés cela va sans dire. Rendez-vous dans la rue quelques étages plus bas, en prenant les escaliers si possible.

Il faut maintenant forcer la barricade de fortune établie autour d'un chantier de construction, seul point d'accès à l'aéroport. Le chemin débouche sur un boulevard dans lequel vous pouvez constater l'ampleur des dégâts, ce qui ne présage rien de bon quant à l'état des avions. Prenez toutes vos précautions lors de ce passage délicat, et vous arriverez sain et sauf dans les parkings situés sous l'aéroport.

Une entrée étant directement aménagée, voici les protagonistes arrivés dans un hall superbement modélisé. N'ayez crainte pour les zombies, vous devriez les voir arriver de loin. La plupart portent en effet le très seyant gilet jaune fluo des employés des pistes. Les éboulements bloquant les passages conventionnels, il sera nécessaire d'emprunter le chemin des valises pour atteindre les portes d'embarquement.

Une seule est encore en état, et une petite surprise vous attend de l'autre côté. Les pistes d'atterrissage sont évidemment jonchés de carcasses et morceaux de cockpits, mais un avion militaire est encore en état. Son pilote est toujours en vie, il communique avec vous par radio pour vous demander de faire le plein de kérosène. Le bruit du camion citerne attirera un nombre incalculable d'infectés, il vous faudra donc résister le temps que le réservoir soit rempli, pour évacuer avec le pilote qui n'est pas un ingrat.

Blood Harvest (Moisson sanglante)

Blood Harvest

Le style tranche totalement avec les trois autres scénarios, et pour cause : Blood Harvest se déroule uniquement dans un environnement rural. D'après les affiches, la zone a été mise en quarantaine, mais une petite force militaire semble être toujours présente dans le secteur. Vous allez rencontrer vos premiers zombies des bois embusqués, l'ambiance est donc très oppressante.

Les premières pérégrinations vous conduisent dans un entrepôt à grain relativement envahi, le principal obstacle étant son système de sécurité qui fera, vous en conviendrez, un bruit infernal.

Si vous êtes encore vivants, vous retrouverez une zone boisée respirant la nature, et la chair en putréfaction. On peut d'ailleurs observer des sacs de couchage et autres campements improvisés laissés à l'abandon depuis fort longtemps. La seule échappatoire étant hors de votre portée, il faudra vandaliser des pylônes afin de grimper.

Les premières traces de civilisation commencent à apparaître. On peut voir dans dès la première grange que même les vaches ont été victimes (indirectes certes) du virus. Sur cette carte se trouve ce qui est le plus gros clin d'oeil du jeu, ou en tout cas le plus flagrant : dans une des maisons, on trouve une tondeuse à gazon ensanglantée, des membres humains éparpillés, et des murs intégralement repeints (Braindead). Remettez-vous de vos émotions, l'épilogue se profile au loin.

Quelques trains déraillés encombrent le chemin que vous devez emprunter pour atteindre la ferme, point de ralliement avec les forces armées rescapées. Mais avant un problème de taille : traverser un champ de maïs, avec une visibilité quasi-nulle, et évidemment une horde aux fesses. Si vous atteignez la radio, choisissez l'endroit que vous jugerez le plus propice pour vous barricader en attendant la cavalerie.

 

 

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Left 4 Dead ?

67 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (70 évaluations | 1 critique)
5,7 / 10 - Assez bien

348 joliens y jouent, 681 y ont joué.