Les infectés

 

Le Hunter (Chasseur)

Hunter

Il porte un sweat à capuche qui était sans doute du plus bel effet avant de contracter le virus. D'allure svelte et sportive, il s'avère que la bestiole est très rapide et agile. Le Hunter a la faculté de faire des bonds gigantesques lui permettant de plaquer un survivant au sol, pour ensuite le rouer de coups en attendant qu'un équipier vienne le tirer d'affaire.

A l'instar de ses collègues, il émet un bruit caractéristique lorsqu'il s'accroupit afin de "charger" son saut (une sorte de grognement). Il est en revanche très discret lors de ses déplacements normaux, et ressemble à s'y méprendre à un infecté commun. Le saut n'est d'ailleurs pas sa seule arme : il peut donner des coups de griffes au corps-à-corps causant des dommages particulièrement élevés. Un autre détail : s'il vous plaque au sol alors qu'il est en feu, vous subirez des dommages supplémentaires.

Petite référence pour les joueurs ayant connu Resident Evil premier du nom, des créatures nommées "Hunter" déambulaient également dans le vieux manoir. Et tout comme celui-ci, elles possédaient de longues vilaines griffes, et pouvaient bondir en une fraction de seconde pour attaquer.

 

Le Boomer (L'exploseur)

Boomer


Le Boomer est un énorme et repoussant infecté qui a pour but de mettre en panique les survivants en leur vomissant dessus. Il est recouvert de pustules et boursouflures en tous genres, émet des sons pas très catholiques dont on pourrait presque imaginer l'odeur accompagnatrice, et se déplace lentement. Au-delà de son aspect très avenant, on pourrait le juger assez inoffensif par rapport aux autres infectés beaucoup plus vifs.

Détrompez-vous : la bile rendue par notre ami atteint d'aérophagie est chargée de phéromones, attirant tous les infectés du coin lorsqu'elle est répandue sur un survivant. De plus le vomi brouille totalement la vision durant quelques secondes pouvant s'avérer fatales pour vous ou vos coéquipiers.

Il faut aussi noter qu'il a des tendances suicidaire : s'il saute d'assez haut, il explosera en touchant le sol, provoquant un vent de panique et de senteurs exotiques chez les survivants. Il est tout de même simple à tuer, une ou deux balles suffisent. Dans tous les cas, son corps étant saturé de méthane, il explosera à sa mort, répandant une tournée de vomi supplémentaire. La déflagration produite déstabilise un court instant survivants comme infectés à proximité.

Cet infecté est particulièrement intéressant, dans le sens où l'on est souvent tentés de tirer sur tout ce qui bouge. C'est l'élément qui vous fera hésiter, vous poussant à agir avec circonspection quand vous détectez sa présence.

 

Le Smoker (Fumeur)

Smoker

Également surnommé le "langueur". Il crache, tousse, et fait de la fumée. Si vous ne faites pas attention aux particules qui gravitent autour de lui, il ressemble beaucoup aux infectés normaux, ce qui peut permettre de passer incognito lors d'une horde.

Sa capacité est de tirer sa langue de 30 mètres, pour écarter un survivant du groupe afin d'avoir un rendez-vous en tête à tête. Pensez bien qu'une langue n'est pas très solide et qu'il suffit soit de tirer dans la tête de ce cher Smoker, ou alors de donner un coup de crosse à son compagnon pour le libérer de son étreinte.

Si sa victime est bloquée pendant qu'il est train de la traîner au sol, il s'emploiera à l'étouffer avec sa langue en prenant tout son temps.
Prenez garde, quand le Smoker meurt, il libère un nuage de poussière dense rendant la vision très difficile dans la zone pendant quelques secondes (et vous faisant tousser tout comme lui).

Comme vous pouvez le voir, le tristement célèbre adage "Fumer tue" est ici clairement vérifié.

 

Le Tank (Tank)

Tank

Cette créature était probablement un culturiste de renommée mondiale avant son infection. En effet, il est essentiellement composé de muscles, et accessoirement d'un peu de cervelle. Du moins assez pour vous mettre au sol, puis vous tuer en quelques coups de ses énormes mains. Il peut également projeter des voitures, containers, ou autres joyeusetés arrachées à même le sol pour vous toucher à distance. Inutile de préciser qu'il n'est stoppé ni par les portes, ni par les murs, oubliez donc l'idée de vous cacher en position foetale en espérant qu'il vous omette en cours de route.

Il possède un nombre de points de vie assez conséquent, ce qui oblige les quatre survivants à se focaliser sur lui pour avoir une chance de l'abattre. Un détail intéressant est à noter : un grand nombre de tirs ralentira ses déplacements, ce qui laissera du temps à vos coéquipiers pour se mettre hors de portée de ses coups.

Cet infecté très spécial est jouable en mode Versus de façon aléatoire : un des joueurs peut l'incarner pour une courte durée pendant laquelle il doit impérativement attaquer les survivants sous peine de s'effondrer au sol, perdant ainsi son tour.

 

La Witch (Sorcière)

witch

C'est l'infecté spécial le moins fréquemment rencontré. A l'image du Tank, elle apparaît de façon aléatoire au cours des campagnes. Elle est un peu plus grande qu'un infecté basique, mais de loin beaucoup plus dangereuse. On peut la repérer à ses pleurs et à la musique bien caractéristique qui accompagne sa présence.

Notre demoiselle sera systématiquement recroquevillée, souffrant mille tourments. Deux choix s'offrent donc à vous : l'esquiver ou lui donner une bonne raison de pleurer, la première solution étant fréquemment recommandée dans la mesure du possible.

Quelques conseils pour s'en sortir sans trop de casse : coupez vos torches lorsque vous remarquez sa présence, ne la fixez pas, évitez de trop vous approcher et contournez la calmement. Si vous choisissez la manière forte, gardez bien à l'esprit que la donzelle est très rapide et vous mettra au sol d'un seul coup, voire vous tuera directement en mode Expert. Attaquer une Witch n'est donc pas un acte à prendre à la légère. Une astuce qui pourra vous être utile : si l'un des survivants est équipé d'un fusil à lunette, une balle bien logée en pleine tête pourra l'étourdir durant quelques secondes qui vous seront précieuses (ou fatales).

La Witch possède 1000 points de vie dans tous les modes de difficulté. C'est le seul infecté spécial qui n'est pas jouable en mode Versus.

 

L'infecté

Infecte

Tout comme dans le film "28 jours plus tard" et ses séquelles, la population humaine est touchée par un virus qui transforme les individus contaminés en brutes sanguinaires. D'aucuns les qualifient de zombies : en effet lorsqu'on les observe de près, on se rend compte qu'ils sont partiellement putréfiés. Ceci dit, ils sont toujours assez vifs pour piquer un sprint et venir vous gratifier de quelques claques.

En marge des infectés normaux, il y a les infectés spéciaux, une sorte d'évolution de leurs camarades. Ils ont des capacités particulières et sont plus difficiles à abattre pour la plupart.

Ce sont les ennemis de base, ceux que vous rencontrerez tout au long de votre progression. Comme vous l'avez compris, ils étaient humains avant l'épidémie les ayant transformé en créatures errant sans but. Si l'origine du virus reste inconnue, on peut supposer que l'on a à faire à une variante de la Rage.

Les infectés possèdent encore toutes les capacités motrices propres aux humains, ils sont même plus rapides et plus forts. En revanche, ils sont dénués de toute capacité de réflexion au-delà de l'attaque. Si l'on observe leur comportement au repos, ils ressemblent à s'y méprendre à des gens ayant un peu forcé sur la boisson : certains se prennent la tête à deux mains, s'appuient sur des murs, vomissent, ou font une sieste à même le sol. Si vous êtes chanceux, vous pourrez même assister à quelques combats de zombies.

Leur seul mode de communication semble être une série de cris inarticulés après avoir choisi une cible. Toutefois, ils ne possèdent visiblement pas d'esprit de groupe. Chaque infecté vous attaque si son instinct le pousse à le faire. Divers facteurs peuvent attirer des hordes, mais les individus la composant n'agissent pas en communauté. Chacun va simplement converger vers la source de nuisance que vous représentez, et essayer de vous tuer.

Parmi ces nuisances, on peut citer la proximité d'un non-infecté qui sera attaqué à vue, la lumière, le vomi du Boomer, et surtout le bruit. Prenez donc tous ces facteurs en compte lors de votre périple, sous peine de mort violente. Notez que s'il est possible d'éviter quelques infectés, il est cependant impossible de tous les tuer. Leur nombre n'est ni fixe, ni défini, et le Director vous amènera toujours plus de nouveaux copains.

Vous croiserez uniquement des hommes et des femmes de taille et de corpulence identiques. Leurs visages, ou plutôt ce qu'il en reste, sont différents et leurs tenues sont assorties aux endroits dans lesquels vous errez. On remarque d'ailleurs de nombreux hommes en uniformes policiers et militaires, d'où l'on peut facilement déduire que les forces de l'ordre ont été depuis longtemps dépassées par les évènements. Certains messages écrits sur les murs prouvent également que les enfants n'ont pas été épargnés par la catastrophe. De même, certaines personnes (dont nos quatre héros) semblent être immunisées au virus.

Les zombies sont peu résistants (quelques balles en viennent facilement à bout) et ne possèdent pas de capacité hors du commun. Leur force réside principalement dans le nombre : sur certains points fixes, vous devrez faire face à plusieurs vagues composées de dizaines de fous furieux. Ils ont aussi l'avantage - plus léger - de la surprise. Ils peuvent défoncer les portes et certains mur, escalader la plupart des obstacles, ou sortir d'endroits impromptus (gaines d'aération, faux-plafonds, ...)

Les dégâts occasionnés par les attaques des infectés, basiques comme spéciaux, sont évidemment relatifs au niveau de difficulté. Dans tous les cas, la vigilance est de mise : vérifiez chaque recoin, soyez attentifs aux sons et à l'environnement, sachez vous abriter au moment opportun. Ces principes de base sont un bon point de départ afin de survivre dans cet univers pour le moins hostile.

 

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Left 4 Dead ?

67 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (70 évaluations | 1 critique)
5,7 / 10 - Assez bien

348 joliens y jouent, 681 y ont joué.